Blog

SONY DSC

Pour bannir algorithmes espions, drones intrusions, merdias manipulations, réseaux pièges à cons, pognon consommation, écrans prisons, univers virtualisations versions déshumanisations.

Pour dénoncer corruptions, sourires costars cravates nazillards, couleuvres des collabos, désinformations, délations, éliminations, exclusions, soumission au bruit des bottes, malversations, punitions, répressions, suspicions, trahisons.

Pour aimer, s’embrasser, toucher, s’exprimer, se rassembler, rire, se déplacer, penser, manifester, danser, chanter, partager.

Levons-nous !

Aux hommes et femmes non essentiels, aux variables d’ajustements,

Aux inutiles, aux pauvres, aux assistés de la misère,

Aux sans dent, aux exclus, aux damnés de la terre,

À ceux qui courbent le dos, qui vont tout perdre ou qui n’ont déjà plus rien,

À ceux qui y ont cru mais n’y croient plus pour qui meurt l’espoir,

À ceux qui en ont marre des belles paroles, des profits déshumanisés,

À ceux qui croient aux droits humains, à un destin commun,

À ceux pour qui la liberté et la dignité sont inscrites en lettres d’or,

À ceux qui réclament un partage équitable des richesses,

À ceux qui ont compris qu’un peuple uni ne sera jamais vaincu,

Levons-nous !

L’utopie est une réalité qui s’ignore.

Qu’un peuple uni et déterminé, élus de la République en tête, se lève et assiège jour et nuit leurs tours de verre.

Que les sommes de toutes les colères se rassemblent dignement, sans violence, autour des temples des actionnaires.

Que ces quelques milliers de nantis tremblent dans leurs tours d’ivoire face à un pays qui réclame justice.

Que la peur change de camp. Que les apôtres des conseils d’administration vacillent sur leurs trônes de dividendes.

Qu’ils vivent l’angoisse du présent et la peur du lendemain, que la hantise de tout perdre coule dans leurs veines.

Qu’ils se soumettent aux droits humains, assument leur responsabilité sociale avant celle devant le capital.

Qu’ils inversent les algorithmes dans leur course folle vers le profit à tout prix et la dictature des bases de données.

Que leurs milliards soient le gage d’un meilleur quotidien pour tous dans le respect, la liberté et la dignité de chacun.

Levons-nous !

Un manque de recul, un sens critique éteint, l’acceptation tranquille du dogme guerrier de l’actionnaire. Une peur irrationnelle démesurée envahit les esprits. Notre liberté de penser et de travailler en conscience partent en fumée. Une autocensure mondialisée, un univers virtuel hypnotisant fait d’algoryhtme et d’intelligence artificielle s’attaquant à nos sens et nous reléguant à des variables d’ajustement. Ne plus se toucher, se sentir, se réunir, penser différemment. L’interdit fleurit. Nous le subissons, en silence, par peur, indifférence, facilité, fragilité ou égoïsme. Nous ne sommes plus des acteurs citoyens mais des collaborateurs consommateurs, des identifiants.

La forme a supplanté le fond. Nos réflexions sont polluées par la violence d’un matraquage médiatique anxiogène et nauséabonde. Nous ne faisons plus de prospective. Immobilisme et individualisme se sont immiscés dans notre univers. Petit à petit, inéluctablement, la religion de l’argent et sa pensée unique sape nos valeurs de partage et de solidarité.

Comment comprendre cette apathie généralisée, cette soumission facile aux multiples atteintes à nos droits et nos libertés, les impositions systématisées, ces incessants va-et-vient ubuesques incohérents basés sur l’immédiateté, le pathos, la culpabilisation permanente et le profit ? Que faire quand nos valeurs sont foulées au pied, quand nos habitations et nos vies n’ont plus rien de privées, quand nos génomes ne nous appartiennent plus ? Que faisons-nous si ce n’est nous soumettre sans combattre, en acceptant béatement les manipulations étatisées imposées en coulisses par les lobbies ?

Le port du bâillon nous a emmenés sur une pente glissante. Quelle sera la prochaine étape ? Des militaires au coin de la rue ? Un vaccin obligatoire ? La reconnaissance faciale ? Un puçage généralisé ? Nous prenons de plein fouet, hagards, les prémices de ce tsunami Trans humaniste quantique qui s’annonce. Sous le joug de médias et sondages commandés, nous perdons une à une nos libertés, sans un mot, dans un emprisonnement collectif volontaire, comme des moutons qu’on mène à l’abattoir.

Distanciation, infantilisation, déresponsabilisation, désinformation, discréditation, tout est bon pour construire notre prison. Démocratie, démocrature, dictature, lugubre évolution ne faisant plus cas de la raison. Le pas est franchi. Financière, sanitaire ou écologique, à l’heure où la sphère privée est directement menacée, où la laïcité est en danger, c’est bien de dictature dont il est question. Notre liberté est en danger. Nous sommes dans une prison dont nous élevons les murs.

Levons-nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.